Joseph BASSIL, chercheur invité : Du Liban à Poitiers

Joseph BASSIL, chercheur invité : Du Liban à Poitiers 2018-07-05T07:42:18+00:00

Project Description

Joseph Bassil, chercheur invité à l’IC2MP

Elisabeth Nau – Comment êtes-vous devenu chercheur ?

Joseph Bassil – J’ai fait mes études en licence puis en master 2 en hydrosciences à l’Université Libanaise à Beyrouth car je souhaitais travailler dans le domaine de l’eau. En effet, au Liban, longtemps appelé Château d’Eau de l’Orient, nous observons désormais un stress hydrique dû à la surpopulation du pays et aux changements climatiques.

Cependant à la fin de mon master 2, j’ai eu l’opportunité de faire une thèse en cotutelle avec l’Université de Poitiers sous la responsabilité de Aude Naveau et Moumtaz Razack pour l’IC2MP et de Véronique Kazpard pour l’Université Libanaise. J’ai soutenu mon doctorat en 2014 à l’Université de Poitiers sur le sujet du Sélénium dans les eaux du site expérimental hydrogéologique de Poitiers.

Depuis, je suis enseignant-chercheur vacataire à l’Université Libanaise et à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth.

EN – Pourquoi êtes-vous à l’IC2MP aujourd’hui ?

J’ai obtenu une bourse SAFAR de l’Ambassade de France au Liban (Institut Français du Moyen Orient) qui finance des séjours courts en France. Les conditions étaient d’afficher des collaborations préalables avec l’Université d’accueil en France et de proposer un nouveau projet de recherche. Actuellement l’IC2MP accueille une doctorante, Rana Mhanna, de mon université  sur le sélénium et l’arsenic dans les eaux souterraines françaises dont j’assure la codirection avec Aude Naveau et Laurent Caner ainsi qu’une stagiaire de master 2 de l’Université Libanaise. Par ailleurs, je développe dans mon laboratoire L2GE (Laboratoire de Géosciences, Géoressources et Environnement) à l’Université Libanaise un nouveau projet sur l’influence des pesticides pour la mobilité des métaux lourds dans des sols contaminés en collaboration avec Aude Naveau (E2), Hervé Gallard et Jérôme Labanowski (E1).

EN – Pourquoi une collaboration avec la France ?

JB – Au Liban la majorité des recherches scientifiques se font en collaboration avec d’autres pays en raison de la nécessité de l’expertise scientifique. Par ailleurs, le Liban ne possède pas l’équipement analytique que nous pouvons trouver à l’étranger notamment en France. Etant étudiant dans le système francophone, je me suis naturellement tourné vers la France.

EN – Y a-t-il suffisamment d’étudiants en master dans votre domaine à l’Université Libanaise ?

JB – Trois masters de géosciences sont proposés aux étudiants de l’Université Libanaise. La grande majorité se dirige vers les géosciences pétrolières parce qu’ils sont assurés de trouver un emploi. Les masters en hydrosciences ou en géosciences environnementales intéressent moins cependant je pense qu’il est nécessaire de s’orienter vers ces thématiques. L’emploi dans ces domaines va se développer dans le cadre de la protection de l’environnement.


New Courses

IC2MP – UMR CNRS 7285

Institut de chimie des Milieux et Matériaux de Poitiers Université de Poitiers Bât. B27 - 4 Rue Michel Brunet TSA 51106 - 86022 Poitiers cedex

Phone: +33 (0) 5 49 45 36 24

Web: http://ic2mp.labo.univ-poitiers.fr/