L’histoire de l’oxygène sur Terre et l’émergence de la vie cellulaire au Gabon : Un nouveau chapitre de l’histoire de la vie, vieux de 2.1 milliards d’années – Conférence inaugurale des Amphis du Savoir – Pr A. El Albani Université de Poitiers.

L’histoire de l’oxygène sur Terre et l’émergence de la vie multicellulaire au Gabon. Un nouveau chapitre de l’histoire de la vie vieux de 2.1 milliards d’années.

Conférence inaugurale des Amphis du Savoir – Mercredi 27 janvier 2016 – 14 heures – amphi 800 Bât A1 (UFR Droit).

Programme des Amphis du Savoir 2016

L’histoire de la vie entre sa première apparition, il y a environ trois milliards et demi d’années (époque archéenne), et l’explosion cambrienne autour de 600 millions d’années est très peu connue. Mais c’est au cours de cette période appelée Protérozoïque, que la vie se diversifie : aux micro-organismes unicellulaires ayant une simple membrane mais privés de noyau – les procaryotes – s’ajoutent les eucaryotes, uni ou pluricellulaires à organisation et métabolisme plus complexes et de plus grande taille, caractérisés par des cellules qui, comme les nôtres, possèdent un noyau contenant l’ADN.

Cette phase extraordinaire de l’histoire de la vie de notre planète, qui passionne tant géologues, biologistes, paléontologues et géochimistes, est malheureusement mal documentée par le registre fossile et l’interprétation de ses rares traces, notamment des niveaux sédimantaires du Mésoprotérozoïque (1.6 – 1 milliards d’années), est l’objet depuis toujours de discussions animées entre spécialistes.

L’équipe internationale coordonnée par A. El Albani, composée d’une vingtaine de chercheurs provenant de seize institutions scientifiques, vient d’apporter une contribution majeure à l’histoire de la vie multicellulaire macroscopique, la vieillisant de plusieurs centaines de millions d’années. Les résultats de cette découverte ont été publiés dans la revue anglaise Nature.

Parfaitement préservées dans des sédiments du Gabon vieux de 2.1 milliards d’années (Ga), les chercheurs ont découvert les restes fossiles d’une impressionnante variété d’organismes coloniaux complexes, les plus anciens documentés à ce jour, de formes et de dimensions diverses, atteignant parfois 10 à 12 centimètres et une densité de plus de 40 spécimens au mètre carré.

Nature 466, 100–104 (01 July 2010) doi:10.1038/nature09166

Large colonial organisms with coordinated growth in oxygenated environments 2.1 Gyr ago

Abderrazak El Albani, Stefan Bengtson, Donald E. Canfield, Andrey Bekker,Roberto Macchiarelli, Arnaud Mazurier, Emma U. Hammarlund, Philippe Boulvais, Jean-Jacques Dupuy, Claude Fontaine, Franz T. Fürsich, François Gauthier-Lafaye, Philippe Janvier, Emmanuelle Javaux, Frantz Ossa Ossa, Anne-Catherine Pierson-Wickmann,
Armelle Riboulleau, Paul Sardini, Daniel Vachard, Martin Whitehouse & Alain Meunier.

Voir aussi pour plus d’information le blog du Pr A. El Albani.

 

Paleoenvironnements océanique pf

Le programme de l’Université Inter-Ages

Les cours ouverts au public de l’Université citoyenne.

Programme Amphis du Savoir 2016

Recherche

Menu principal

Haut de page